Bilan de la Liga espagnole: joies, frustrations et larmes

Comme chaque saison, la fin de la ligue espagnole de football (Liga) fut, samedi, une tragi-comédie avec pour protagonistes les heureux clubs qui se sont assurés la permanence en première division, les malheureux qui descendent aux enfers de la deuxième division et ceux qui fêtent les titres obtenus.

balance-liga-futbol

Entre les uns et les autres, il y a des clubs qui manifestent avec amertume la frustration de finir la saison sans trophée ni gloire. La Liga a gagné la réputation d’être la meilleure du monde pour la haute rivalité entre ses clubs, les performances de leurs joueurs et les titres remportés au niveau européen. Outre les guerre-guerre Barça-Real, la plupart des équipes espagnoles souffrent de problèmes structurels et de manque de moyens pour assumer la pression exercée par ce duo. Tout ceci se résume en la dernière et 38e journée de la Liga.

Samedi soir, la saison s’est achevée sur les habituelles images de scènes d’euphorie et de drames. Comme disait Michael Bobinson, un célèbre commentateur sportif d’une télévision privée espagnole et ex-footballeur professionnel d’Osasuna, “tout le poisson a été vendu”. Le Celta de Vigo s’est sauvé de la chute ; la Real Sociedad (4e) jouera la Champions League et le FC Séville (9e) rêve de disputer une place à la Europe League. Par contre les supporters du Real Saragosse, du Deportivo et du Real Majorque sont déçus pour voir la saison prochaine leurs équipes souffrir en deuxième division. Même cas pour le FC Valence qui perd l’opportunité de disputer la Champions League après sa défaite face au FC Séville.

En tête de classement, le classique duel Barça-Real Madrid refait surface avec les guerres de chiffres. Outre le titre de champion de la Liga, les catalans exhibent avec orgueil les autres titres symboliques, cette fois en termes de points. Il s’agit de chiffres traduits en points et buts. Pour les catalans ce sont des records battus qui s’ajoutent au palmarès du club. Le Barça a ainsi achevé la saison sur 100 points, en égalisant le record établi en 2011-12 par le real Madrid de José Mourinho. A l’issue de son triomphe, samedi sur le Malaga, (4-1), il a également égalisé le pourcentage de points réunis à la même saison par le Real Madrid, soit 87,71% des points possibles. Le Barça, comme préfèrent le clamer ses supporters y compris la presse sportive éditée à Barcelone, a battu la plus grande différence de points entre le champion et le deuxième au classement avec 15 points (Le Real Madrid a réuni 85 points contre 100 pour le Barça). Jusqu’à présent, les plus importantes différences étaient de 12 points, obtenues par les “merengues” (1960-61 et 1974-75) et par les catalans (2005-06).

C’est un exercice divertissant auquel s’adonnent les catalans en citant les 32 victoires signées cette saison, égalisant le chiffre établi en 2010-11 avec Pep Guardiola (dont 19 at home). Les 115 buts inscrits font partie aussi de cette panoplie de “trophées” virtuels (63 au Camp Nou et 52 à l’extérieur).

Dans de pareils duels, la rivalité entre le Barça et le Real Madrid n’a pas de limite plaçant souvent les supporters et journalistes dans une situation délicate. Dans l’autre extrême de la Liga, les espoirs des autres clubs sont modestes à la mesure des moyens et attentes du public. C’est ce qui distingue la Liga des autres championnats du monde.

Únase a más de 1100 personas que apoyan nuestro periódico

Podrás comentar, enviar sugerencias y además podrás acceder de forma gratuita a eBooks, póster y contenidos exclusivos de nuestros colaboradores.

Los editores de Periodistas en Español valoran las informaciones y artículos recibidos en la redacción con criterios profesionales y tienen la obligación de cumplir y hacer cumplir las normas deontológicas que deben suscribir todos los colaboradores.

Deja un comentario

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.