Inicio / OPINION / Expo 2020: Dubaï, une candidate hors-pair

Expo 2020: Dubaï, une candidate hors-pair

Dubaï, comme de nombreuses villes dans le monde, ambitionne de devenir, l’espace de six mois, la capitale du monde par l’organisation de l’Exposition Universelle de 2020. C’est un défi majeur, à la mesure d’une volonté de représenter la modernité et la vision du monde arabe. L’objectif n’étant pas d’exalter narcissiquement les différentes facettes du développement socio-économique des Emirats arabes unis (EAU), la candidature de Dubaï pour l’Expo 2020 revêt une valeur symbolique. D’abord, elle témoigne du parcours d’une nation jeune qui a émergé, en l’espace de cinq décennies, en une puissance économique régionale. Ce faisant, Dubaï a réussi à devenir une réelle ville cosmopolite qui a garanti l’épanouissement et la convivialité entre les différentes races, ethnies et confessions qui la composent. Ainsi, elle propose un modèle de coexistence de paix pour l’ensemble de l’humanité.

Burj Khalifa by Emaar Properties
Burj Khalifa by Emaar Properties

La préparation de Dubaï et des EAU est à la mesure de l’intense compétition avec les quatre autres nations en lice pour abriter cet événement : Izmir (Turquie), Ekaterinbourg (Russie), Ayutthaya (Thaïlande) et Sao Paulo (Brésil). Pour le moment, la bataille consiste à recueillir le plus de soutien en prévision du vote qui sera soumis aux 163 Etats membres du Bureau International des Expositions (BIE), basé à Paris. Dubaï a l’avantage de bénéficier du soutien de l’ensemble du monde arabe, des Etats africains unis par des liens de fraternité et d’amitié avec les pays du Maghreb et aussi d’une bonne partie du monde islamique. La candidature de Dubaï bénéficie également d’atouts structurels : des souples structures économiques et financières, des infrastructures futuristes. Ces atouts répondent favorablement aux problèmes de transport, d’hébergement et de communication rencontrés plus durement par les autres candidates.

Cet avantage structurel est clairement reconnu dans les classements établis par des organismes internationaux pour mesurer le degré de compétitivité économique, de sécurité, de viabilité des infrastructures, du niveau du bien-être social et du développement humain.

Il serait maintenant logique que cette candidature soit soutenue par le plus grand nombre d’Etats et affirmer ainsi que le moment est venu de changer la vision qu’on se fait communément du monde arabe. D’où la valeur hautement symbolique de la tenue, pendant six mois, sur une terre arabe, de la plus ouverte et internationale Exposition universelle jamais connue. Elle donnerait naissance à de nouvelles dynamiques au profit des secteurs économiques nationaux et plus globalement à l’ensemble des sociétés de la région. Elle mettrait en valeur l’universalité de certains principes comme l’ouverture sur les autres cultures, la prééminence des rapports humains et permettrait ainsi l’adoption d’un nouvel équilibre dans les relations internationales.

Le thème « Connecter les esprits, Construire le futur », retenu pour l’Expo 2020, corrobore cette conviction. Il résume en peu de mots l’engagement d’un pays à vouloir construire, en commun avec d’autres nations, un avenir meilleur grâce à une connectivité intelligente et une stratégie de partenariat. Les arguments abondent pour rendre réelle cette ambition : Dubaï est de facto devenue un pont, une liaison entre l’Orient et l’Occident, entre le Nord et le Sud, et le Sud-Sud. Une situation stratégique dans le Golfe et au Moyen-Orient, des ports considérés parmi les plus grands du monde et un réseau aérien desservant les capitales de plus de 120 Etats… tout cela témoigne parfaitement de la pertinence de ce thème pour cette candidature.

Récemment, durant une visite de quatre jours, une délégation du Bureau International des Expositions (BIE) a vérifié in situ les potentialités réelles de Dubaï, celles qui lui permettraient d’accueillir l’Expo 2020 dans des conditions optimales. Elle a pu apprécier les opportunités apportées par le thème «Connecter les esprits, Construire le futur», le volume des investissements dans l’infrastructure et les installations pour le futur site de l’exposition, les bénéfices d’image au niveau international pour les EAU, l’ambition de la campagne promotionnelle, le nombre de visiteurs potentiels qui en découlerait ainsi que les perspectives d’usage à long terme du site proposé de l’Expo, le Dubaï Trade Centre – Jebel Ali.

Dans cette compétition, Dubaï est hautement crédible, comme en témoignent les excellentes positions qu’elle obtient dans de nombreux classements mondiaux.

Dans le cadre de notre étude, nous nous sommes efforcés de mesurer objectivement le positionnement des candidatures de chacune des cinq villes en compétition pour organiser l’Exposition de 2020. Nous avons voulu comparer notre performance avec une philosophie de recherche d’excellence qui correspond à la fois aux principes des Expositions universelles – qui valorisent l’échange de savoir-faire autour des meilleures pratiques – et aux exigences de « Vision EAU 2021 », le plan stratégique des Emirats – qui vise le développement d’une économie fondée sur l’excellence, la connaissance et l’innovation.

Il s’avère que la candidature de Dubaï bénéficie du remarquable classement des EAU dans de nombreux rapports établis par des organismes internationaux.

Le Rapport sur la compétitivité mondiale 2012-2013, établi par le Forum Economique Mondial, analyse 144 Etats. Il positionne les EAU au 24e rang, bien avant la Thaïlande (38e), la Turquie (43e), le Brésil (48e) et la République de Russie (67e).

Le World Competitiveness Yearbook compare la compétitivité de 59 Etats. Il attribue aux EAU le 16e rang (Thaïlande : 30 ; Turquie : 38 ; Brésil : 46 ; Russie : 48).

Dans le Rapport sur la Compétitivité des Voyages et du Tourisme (2011), élaboré par le Forum économique mondial, les EAU occupent la 30e position dans un classement de 139 Etats (Thaïlande : 41; Turquie : 50 ; Brésil : 52 ; Russie: 59).

Une autre étude du Forum Economique Mondial, couvrant 132 Etats, le Rapport Mondial sur l’Activation du Commerce (2012), place les Emirats Arabes Uis au 19e rang (Thaïlande : 57; Turquie : 62 ; Brésil : 84 ; Russie : 112).

Pour sa part, le Rapport Doing Business (2012), publié par la Banque Mondiale sur les questions du commerce international dans 185 pays, place les EAU au 5e rang, alors que les compétiteurs sont relégués loin derrière (Thaïlande : 20 ; Turquie: 78 ; Brésil : 123 ; Russie: 162).

De même, pour la qualité des infrastructures, les Emirats se distinguent en se plaçant au 6e rang sur 144 dans le Rapport 2012-2013 sur la Compétitivité Mondiale du Forum Economique Mondial (Turquie : 34 ; Thaïlande : 49 ; Russie : 101 ; Brésil : 107).

Il s’avère également que le niveau élevé de sécurité et le faible niveau de corruption aux Emirats Arabes Unis (Rapport de Transparency International) ont contribué à l’instauration d’un environnement diversifié, stable et compétitif, qui favorise véritablement l’épanouissement des affaires dans un contexte de solidarité sociale. Et cela se traduit clairement dans le récent Rapport mondial sur le bonheur (Université de Columbia – Earth Institute) : le pays se considère ainsi comme la 17e nation la plus heureuse (Brésil : 25 ; Thaïlande : 52 ; Russie : 76 ; Turquie : 78).

Il conforte sa position également dans le Rapport du PNUD (2013) sur le développement humain : 17e place sur 187 Etats (Russie : 66; Brésil : 84 ; Turquie : 92 ; Thaïlande : 103).

Les indices de prospérité, Legatum et Meilleurs Lieux de Naissance (2013) examinent les niveaux de revenu, de criminalité, de confiance dans les institutions publiques. Ces indices placent les EAU au 29e rang, devant le Brésil (44e), la Thaïlande (56e), la Russie (66e) et la Turquie (89e).

Ces meilleurs classements sur les questions du développement économique et humain ou de la qualité de vie, se retrouvent systématiquement dans les classements établis par des organismes internationaux et indépendants. Ils sont autant d’atouts qui distinguent les EAU des autres Etats candidats dans la course pour l’organisation de l’Expo 2020. Ils corroborent leur réputation de

plate-forme pour la croissance de l’économie, du commerce, du tourisme international, de la connectivité, du bien-être social et de l’accueil d’évènements internationaux de grande envergure.

Subscribe to our mailing list

* indicates required

Sobre editor

Los editores de Periodistas en Español valoran las informaciones y artículos recibidos en la redacción con criterios profesionales y tienen la obligación de cumplir y hacer cumplir las normas deontológicas que deben suscribir todos los colaboradores.

Ver también

John Stuart Mill. London Stereoscopic Company, 1870

Conflictos, Intereses y Armonías

La actividad humana ha transformado los ecosistemas de manera radical y algunos científicos ya hablan …

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Conoce cómo se procesan los datos de tus comentarios.